AFTC, AFTC Gironde, Traumatisme crânien, Cérébrolésion, Documentation technique, Documentation pratique, Contact, Accompagnement, Nouvelle Aquitaine, Sud-Ouest, Dispositifs, Droits, Prévention...

Ventricules cérébraux, Circulation du liquide céphalo-rachidien, Méninges

Ventricules cérébraux , liquide céphalo-rachidien (LCR) , méninges (dont faux du cerveau et tente du cervelet) sont des entités suffisamment interdépendantes pour être montrées ensemble sur la même page ; en effet le LCR est produit dans les ventricules cérébraux par des formations vasculaires appelées plexus choroïdes ; il circule autour de l’encéphale dans l’espace dit sous – arachnoïdien entre la méninge moyenne (arachnoïde) et la méninge interne (pie-mère) ; quant à la méninge externe (dure-mère) elle s’invagine dans la boite crânienne pour former deux structures importantes (faux du cerveau et tente du cervelet) supportant la majeure partie des sinus veineux ramenant sang veineux et LCR vers la circulation extra-cérébrale.

Ventricules cérébraux

Le liquide céphalo-rachidien (LCR) est sécrété à l’intérieur des ventricules cérébraux par des formations vasculaires appelées plexus choroïdes ; les ventricules latéraux s’enroulent au sein de chaque hémisphère (ventricules latéral droit et gauche -VLD et VLG – formant chacun 3 cornes (frontale, occipitale et temporalef, o et t-).

Ces deux ventricules communiquent avec le III ième ventricule par les trous de Monro (TMo) ; situé en position médiane au sein du diencéphale il se déverse lui-même dans le IV ième ventricule par un fin conduit appelé aqueduc de Sylvius (AS) ; situé à la face postérieure du tronc cérébral le IV ième ventricule s’ouvre en arrière juste au dessous du cervelet (C) par un large orifice le trou de Magendie (TMa) qui conduit le LCR dans les espaces sous- arachnoïdiens entourant l’ensemble du système nerveux central ; il se poursuit aussi par un fin canal qui parcourt le centre de la moelle épinière : le canal central de la moelle.

Liquide céphalo-rachidien

Le liquide céphalo-rachidien (LCR) remplit les ventricules cérébraux et les espaces sous-arachnoïdiens (esa) situés entre l’arachnoide -A- (méninge moyenne en vert sur le schéma) et la surface de l’encéphale ; il est produit pour l’essentiel par des formations vasculaires, les plexus choroides –PI.C– qui tapissent en partie les cinq ventricules. Une autre partie est due à la transsudation directe du métabolisme cérébral (me) ce qui explique la possibilité de trouver dans le LCR un certain nombre de métabolites cérébraux utiles pour le diagnostic de pathologies cérébrales diverses.

Le LCR d’origine ventriculaire remplit les esa à partir du trou de Magendie (TMa) à la fois vers l’encéphale et vers la moelle épinière ; dans cette « circulation » il remplit des espaces assez larges appelés citernes de la base (C) avant de se diriger vers le sommet de l’encéphale où des sortes de micro-hernies (granulations arachnoïdiennes –ga-) le mettent en contact avec le sang veineux du sinus sagittal supérieur –SSS– inséré lui-même dans un dédoublement de la dure mère (DM) ou méninge externe. De là il rejoint le système veineux général via la veine jugulaire interne (VJI).

Le LCR est un liquide clair, normalement « eau de roche » qui est sécrété et réabsorbé dans une quantité avoisinant 500 ml/24 H.

Le petit dessin (1) en haut à droite montre le niveau de la coupe verticale passant par l’os sphénoïde (osp) permettant d’obtenir un plan de coupe coronal (2) du crâne, cerveau et des méninges : la figure (3) est un agrandissement du cercle pointillé de la figure (2).

Les méninges

La méninge la plus externe au contact des os du crâne est la dure mère (DM) représentée en brun foncé et seulement clairement visible sur la fig.3. Elle adhère à l’os sauf dans ses parties latérales créant deux espaces décollables extra-duraux (edsd fig : 2) lieux de prédilection des hématomes extra-duraux post-traumatiques ; elle se dédouble pour enserrer les gros sinus veineux (fig. 2 et 3) qui ramènent le sang veineux de l’encéphale vers la circulation veineuse générale.

La méninge moyenne ou arachnoide (A) en vert tapisse la face interne de la dure mère ; elle est seulement correctement visible sur la fig.3 ; elle recouvre l’espace sous-arachnoidien (esa) qui contient le liquide céphalo-rachidien (LCR) ; cet espace, très mince dans la réalité, est traversé par de nombreuses travées ultra-fines donnant l’aspect de micro- toiles d’araignées (d’où le nom). L’arachnoïde traverse la dure mère au niveau du sinus sagittal supérieur (SSS) par de tout petits orifices ; à l’intérieur du SSS elle déploie les granulations arachnoïdiennes (ga) permettant le passage du LCR dans le sang veineux du sinus.

La méninge interne ou pie-mère (PM), la plus fine, correspond à la limite extérieure de l’encéphale ; elle marque la limite de l’esa mais reste en partie perméable au passage de certains métabolites cérébraux et de l’eau vers le LCR.

NB : FC correspond à la faux du cerveau, prolongement inter-hémisphérique de la dure-mère ; voir schéma suivant.

Faux du cerveau et tente du cervelet

La faux du cerveau et la tente du cervelet sont de vastes replis de la dure-mère à l’intérieur de la boite crânienne qui pour la première sépare les deux hémisphères cérébraux et pour la seconde la partie postérieure des hémisphères du cervelet ; elles ont été teintées sur les deux schémas comme si elles étaient transparentes pour mieux faire comprendre leur position mais elles sont opaques et épaisses dans la réalité.

Sur le schéma « vue d’en haut » la tente du cervelet (TC) a une forme triangulaire à base postérieure ; elle s’appuie en avant sur la selle turcique (stu); latéralement sur le bord supérieur des rochers et en arrière sur l’os occipital (en vert) juste au dessus de la dépression marquant le passage des sinus transverses (ST) ; en effet tout comme la faux du cerveau, la tente du cervelet a pour fonction également d’entourer les sinus veineux de l’encéphale qui ramènent son sang vers la circulation extra-crânienne par l’intermédiaire des deux veines jugulaires internes (JI) ; les sinus transverses plongent vers la fosse postérieure (FP) bien visible sur le schéma « vue latérale » après avoir reçu le sinus pétreux (SP) qui ramène le sang du sinus caverneux (SC) ; dans cette plongée ils quittent la tente du cervelet pour devenir les sinus sigmoïdes (SS) et rejoignent leur veine jugulaire homolatérale par le foramen jugulaire; la tente du cervelet supporte également le sinus droit (SD) parfaitement médian qui ramène le sang veineux de la partie la plus profonde de l’encéphale ; sinus droit, sinus transverses et sinus sagittal supérieur (SSS) se rejoignent à la terminaison de ce dernier (SSSt) en un carrefour à 4 voies. Enfin la tente du cervelet est échancrée à sa partie antérieure et médiane par un large orifice limité par le bord antérieur de la tente du cervelet (batc) pour le passage du tronc cérébral ; sur le schéma » vue d’en haut » la partie antérieure du trou occipital (to) est visible à travers cet orifice.

La faux du cerveau (FC)(vue latérale de l’hémi-crâne droit)est une formation dure-mèrienne médiane qui sépare les deux hémisphères au dessus du corps calleux ; elle contient le très important sinus sagittal supérieur (SSS) qui a un rôle majeur dans le transport du liquide céphalorachidien , ainsi que le sinus sagittal inférieur (SSI) tout près du bord libre de la faux ; ce dernier se termine à l’origine du sinus droit (SD) ; les implantations antérieure et postérieure de la faux sont visibles sur le schéma « vue d’en haut » ( iafc sur l’os éthmoïde et ipfc sur la tente du cervelet).

En cas d’hypertension intra-crânienne faux et tente du cervelet peuvent être forcées par le passage d’une petite partie d’encéphale en tension qui subit donc une sorte d’étranglement à l’origine de graves complications.

Éditorialiste
Dr François PERNOT

Médecin Chirurgie Générale retraité

Lecture(s) : 2 593