Vacances pour cérébrolésés et répits pour les familles

 

 

Des périodes de ruptures sont souvent nécessaires pour les cérébrolésés afin de les sortir de leur milieu habituel et de leur permettre de profiter de nouveaux échanges , de nouveaux cadres de vie .
Dans la même démarche les familles ont aussi besoin de pouvoir “décrocher ” de temps à autre tant la présence permanente auprès d’un blessé grave présentant de lourdes séquelles physiques et / ou cognitives est un combat épuisant sur la durée.
Dans ce double but un certain nombre de structures se sont spécialisées dans cet accompagnement et des points sont à connaître quand ces périodes de repos deviennent possibles.

On peut distinguer :

 


Les périodes de vacances pour cérébrolésés

L’ UFCV (Union française des centres de vacances et de loisirs) propose des séjours pour enfants , adolescents et adultes en situation de handicap mental; pour contacter l’association de votre région cliquer sur” nous contacter”.

L’ ANCV ( Agence nationale pour chèques-vacances) permet de financer un budget vacances moyennant certaines conditions et notamment pour les personnes handicapées à revenus insuffisants ; UFCV et ANCV sont complémentaires.

A signaler que ces deux organismes ne sont pas spécialisés dans le handicap mais offrent les moyens à certaines personnes handicapées de pouvoir partir en vacances.

L’association “La Valériane” s’est spécialisée dans les séjours vacances pour les traumatisés crâniens et les cérébrolésés; les accompagnateurs sont très qualifiés ; chaque participant peut être accompagné par un proche; les tarifs sont fonction du degré d’invalidité (d’un accompagnateur spécialisé pour 4 participants à un pour un seul participant);les prix peuvent paraître élevés pour des vacances mais s’expliquent par le nombre et la qualification du personnel nécessaire ; des aides financières sont possibles (se renseigner auprès de sa MDPH) .

Idem pour l’association ARECA fondée en 1994 et pionnière dans l’organisation de séjours de ruptures pour cérébolésés et qui propose tout le long de l’année une prise en charge adaptée tant en France qu’à l’étranger ; vous trouverez sur le site internet de l’association toutes les explications nécessaires ainsi que les aides qui peuvent être apportées; se renseigner également auprès de sa MDPH.

ADEF Vacances a été créé par le groupe ADEF Résidences spécialisé dans l’accueil et l’accompagnement des personnes dépendantes depuis plus de 20 ans ; il a créé en 2011 le premier centre de vacances pour adultes handicapés (l’Odyssée des sens dans le Limousin); depuis 2016 il propose de nombreux séjours en France et à l’étranger adaptés au plus grand nombre de personnes handicapées.

De nombreux autres organismes propose également des vacances pour personnes handicapées : cliquez sur liste non exhaustive.

haut de page

 


Périodes de répit pour les familles (accueil temporaire).

S’occuper d’un cérébrolésé sur le long cours représente toujours une charge importante quelques soient les séquelles; il peut s’agir d’un grave blessé paucirelationnel gardé à domicile ou d’un blessé sans séquelle physique évidente mais rendu très difficilement” gérable” du fait de séquelles neuropsychologiques majeures ou encore d’une personne âgée victime d’un AVC étendu et dont doit s’occuper un conjoint lui-même âgé et fatigué ; le milieu social ainsi que les aides rendues possibles ou non par l’indemnisation créent des situations très différentes mais le plus souvent très dures pour les familles ; fatigue physique mais aussi psychologique peuvent créer les conditions d’un “burn out” qu’il importe d’essayer de prévenir.

Dans ce domaine les périodes de répits sont indispensables et mieux vaut les prévoir à l’avance que d’être brusquement contraint d’y recourir en situation d’urgence … D’autant que les établissements qui prennent en charge les patients pour ces périodes de répit ne sont pas suffisamment nombreux et peu mobilisables dans la précipitation!

Les familles souhaiteront le plus souvent trouver un établissement proche de leur lieu de résidence et c’est sans doute là que le “bas blesse” le plus ;en effet la plupart des FAM et des MAS signalés dans les chapitres correspondants de ces sites accueillent des hébergements temporaires mais les places sont en général très limitées ce qui oblige souvent à chercher dans une région plus éloignée; nous conseillons de regarder les listes de FAM et de MAS que nous avons établies pour vous en faciliter le “débrouillage” et les cartes prévues par l’annuaire social correspondant; il faut alors chercher les conditions d’accueil pour s’assurer que des accueils temporaires sont possibles et téléphoner au centre choisi pour faire confirmer cette possibilité .

Mais pour ne pas vous lancer dans une recherche personnelle qui peut s’avérer épuisante nous vous conseillons de passer systématiquement par votre MDPH , d’autant que vous aurez besoin de son accord pour pouvoir obtenir une admission (orientation MDPH dans le langage administratif!) ; nous vous conseillons donc de prendre contact en premier lieu avec votre assistante sociale qui fera la demande d’aide sociale à laquelle vous pouvez avoir droit pour le financement complémentaire de la structure ; elle vous aidera également à faire votre demande auprès de la MDPH pour obtenir au mieux cette admission temporaire.

Au cas où aucun accueil en FAM ou MAS n’est possible il reste pour les personnes âgées qui sont les plus à même de trouver des difficultés de placement dans ces structures les accueils temporaires en EHPAD : liste EHPAD de l’annuaire social.

haut de page


 

 

Dernière mise à jour du 23 juillet 2021

(Ouvert 15 fois, par 1 visites ce jour)
%d blogueurs aiment cette page :
Secured By miniOrange