Accueil

AFTC Gironde logo   Joindre l’AFTC GIRONDE   :  
TEL:  +33(0) 5  56 91 78 99
e mail:  contact@aftc-gironde.org

AFTC Gironde est affiliée à l’UNAFTC, Union Nationale des Associations des Familles des Traumatisés Crâniens

Trouver  ce que vous cherchez … dans ce site …
Comment faire …

Que vous soyez:

*  famille
*  ami
*  ou vous-même victime d’un traumatisme crânien ou d’une autre cérébrolésion

Qu’il s’agisse des suites immédiates ou éloignées de l’accident

Que ce dernier soit grave ou apparemment plus bénin

  • Vous vous trouvez ou vous vous trouverez aux prises avec de nombreuses questions
  • Vous avez ou vous aurez envie de parler avec des personnes ayant vécu une épreuve similaire
  • Vous trouvez ou vous trouverez sur votre chemin des difficultés que vous n’attendiez pas
  • Vous avez ou vous aurez besoin de conseils d’orientation dans les domaines les plus variés : – médicaux et médico-sociaux – administratifs – juridiques – familiaux, sociaux, et/ou professionnels – sur la rééducation, la réadaptation et la réinsertion – sur la connaissance des structures spécialisées en fonction de l’évolution

En effet la cérébrolésion est une pathologie acquise d’évolution souvent imprévue nécessitant une adaptation pas à pas

C’est pour cela que s’est créée en 1985 à BORDEAUX la première Association des Familles de Traumâtisés Crâniens -AFTC- (lire l’historique AFTC Gironde) ; son succès s’est étendu rapidement à tout le territoire

Adhérer à une AFTC c’est profiter de l’expérience et du soutien des autres; c’est aussi mieux connaitre la cérébolésion et anticiper les difficultés

  • Tout au long des pages un clic sur un mot ou un groupe de mot écrits en vert et/ou souligné en vert renvoie automatiquement à une page ou à un site correspondants ; il suffit ensuite de faire retour ( ← ) pour revenir au texte initial.
  • Un index alphabétique du contenu de ce site a été mis en place dans la colonne latérale droite de toutes les pages ( Encart INDEX DU SITE ) pour faciliter les recherches thématiques.  Il suffit de cliquer sur « index »  pour l’ouvrir,  puis de cliquer, dans  la liste des éléments traités, classés par ordre alphabétique, un élément coloré en vert, pour faire aboutir votre recherche.

AFTC Gironde est affiliée à l’UNAFTC, Union Nationale des Associations des Familles des Traumatisés Crâniens

 

Date de la dernière modification : 29 avril 2021

 

Enregistrer

(Ouvert 22 481 fois, par 21 visites ce jour)

18 réflexions sur « Accueil »

  1. Bonjour
    Durant mon enfance j’ai été victime d’un traumatisme crânien et je me pose bcp de questions depuis fort longtemps. ….Sans explications encore aujourd’hui. ..

    1. N’hésitez pas à lire la page sur les traumatismes crâniens de l’enfant sur notre site ; on sait que ceux-ci peuvent laisser des séquelles imprévues; nous sommes à votre disposition pour répondre à des questions plus précises ; si vous tenez à ce qu’elles restent confidentielles vous pouvez directement écrire à contact@aftc-gironde.org
      cordialement

    2. Recherche établissement rééducation pour mon épouse ( Danièle dite Héloïse Attrait )ayant subi un avc et actuellement hospitalisée au chu de Bordeaux service neurochirurgie.

      1. Bonjour .
        Vous trouverez tt cela sur notre site internet « AFTC Gironde Site officiel » à la page services de rééducation ; ce pendant les centres de BX ou proches sont souvent peu accessibles par manque de place ; nous vous conseillons de demander l’avis de l’assistante sociale du service où se trouve votre épouse ; ce sont elles qui gèrent en principe ce pb de place en fonction de l’avis du médecin .
        Cordialement

  2. Je suis aujourd’hui maman et même « jeune grand-mère »… Il y a 42 ans, j’avais 9 ans j’ai eu un grave accident de la route. Éjectée de la voiture, j’ai fait un vol plané de 16 mètres. J’ai atterri sur le front… dans un champ. Gros traumatisme crânien frontal avec coma de 14 heures. Avant j’étais reconnue comme enfant surdouée, après tout me semblait difficile. J’avais des absences, pendant quelques secondes je ne savais plus rien et ne reconnaissais plus personne. Cela a duré des années. Puis vers 14 ans j’ai commencé à faire des dépressions, je n’étais jamais heureuse. Comme j’ai une volonté hors norme (limite têtue) j’ai réussi à surmonter tout ça seule sans suivi médical… Ma vie a était chaotique, je me suis suicidée (sauvée de justesse) ,j’avais 30 ans 2 enfants un mari et enfin un psychiatre a pensé au trauma… Aujourd’hui ma vie est plus calme, je suis hypersensible mais je m’en sers puisque je suis créatrice.
    Parfois elle a un goût amer, mais ma joie de vivre est toujours la plus forte. Pourtant je suis certaine que si cet arbre n’avait pas croisé mon chemin ma vie aurait été plus facile, plus long fleuve tranquille…

    1. Un grand merci pour votre témoignage ; votre TC a sans aucun doute une énorme responsabilité ds les difficultés que vous avez vécues mais il y a 42 ans ce problème était presque ignoré car les TC graves décédaient presque tous avant les progrès formidables de la prise en charge sur les lieux de l’accident et de la réanimation ; de fait les TC survivants étaient trop peu nombreux pour se faire une idée des séquelles à long terme qui sont maintenant très bien connues; mais ce que vous dites est un grand encouragement pour d’autres ds votre cas et qui n’ont peut-être pas (ou plus)vos capacités de résilience. Et bravo!
      Cordialement
      PS : vos crises d’absence ont pu correspondre à des crises épileptiques type petit mal en lien avec les séquelles de l’accident

  3. Un grand merci à vous et à votre site.
    Je m’explique…
    Mon mari, 38 ans, sportif, a été victime d’un arrêt cardiaque en faisant son footing le 1èr mai 2020. Il a été retrouvé dans le fossé par un passant…

    L’anoxie cérébrale a malheureusement fait beaucoup de dégâts. Et comme visiblement de nombreux patients, après les heures sombres et angoissantes de la réanimation, les troubles du comportement sont apparus….personne ne nous écoutait en neurologie et il n’a donc bénéficié d’aucun traitement «spécifique». Il a fini par être hospitalisé sous contrainte en psychiatrie…

    Je suis médecin généraliste, j’ai pourtant été interne en centre de rééducation pendant mes études et donc déjà « sensibilisée » aux patients victimes de TC. Alors je n’ose pas imaginer ce que les autres familles doivent vivre quand je vois comment ça s’est passé pour nous…

    Grâce à vous j’ai pu trouver un centre de cerebrolésés a Limoges et mon mari a pu bénéficier d’une prise en charge vraiment adaptée.
    Il continue de faire des progrès au bout de 6 mois et demi (quand les études parlent de 3 mois pour les anoxies cérébrales, qui sont un peu différentes des TC…)

    Aujourd’hui j’ai l’envie de créer à mon tour une association pour aider les familles, permettre un témoignage et sensibiliser les gens au massage cardiaque et les professionnels aux patients cérébrolésés…

    merci à vous, qui une nuit de désespoir, en juillet, à 4h du matin m’avez donné des informations cruciales et m’avez donc permis de me battre pour faire transférer mon mari dans un lieu adapté.

    Bravo à vous tous, et merci.

    1. Merci beaucoup de votre réponse qui fera du bien à toute notre association et très bon courage à vous et à votre mari ds la voie de l’amélioration.
      Cordialement

    2. Bonjour j’ai ma fille qui est entrée dans le coma pendant 25 jours suite à un accouchement le 4 octobre; à son réveil elle crie et elle pleure; son état n’est pas bien; il disent qu’elle était en état végétatif et maintenant en état de conscience minimale non répondant ; ça fait un mois ou plus mais je la suis depuis qu’elle est rentrée a hôpital; après ils veulent l’envoyer dans une clinique et maintenant ils veulent la faire orienter vers un autre clinique pour finir sa vie auprès de sa famille parce que la clinique est près de chez elle; ils disent que c’est pas la peine qu’elle occupe un lit pour rien ; elle n’a même pas fait une année; j’ai réagi et je viens vers vous pour parler d’orientation ; je suis sa mère et je suis loin d’elle merci.

      1. Bonjour
        Votre fille a donc fait 25 j de coma à la suite d’un accouchement et cela il y a bientôt 6 mois ; il est certain que si elle est toujours en état de conscience minimale c’est que son cerveau a été très gravement atteint et que les chances de récupération sont maintenant très faibles ; peut-être pourra -t-elle s’améliorer à la marge mais il est effectivement temps de la mettre ds un service qui prend en charge ce genre de patients ; l’idéal serait de la placer ds une unité dite EVC-EPR (état végétatif chronique et pauci -relationnel) car elle y aura des soins de rééducation qui pourront peut-être lui permettre de récupérer ce qui peut l’être de ses lésions cérébrales ; le problème c’est que ces unités ne sont pas très nombreuses et peuvent être éloignées de son domicile , sachant que la présence assez fréquente d’un membre de la famille à ses côtés ne peut être que bénéfique pour essayer d’améliorer son état de conscience si cela est possible ; il faudrait que vous en parliez avec le service où elle est hospitalisée et ds lequel elle n’a plus de raison de rester si ce n’est pas un service de rééducation spécialisé pour ce type de problème ; peut vous rendre service aussi l’assistante sociale de ce service dont le rôle est d’essayer de trouver la place la plus adaptée à la situation des patients et de leur famille . Peut être pouvez -vous aussi vous faire aider par l’AFTC (association des familles de cérébrolésés) de votre région ; vous devriez trouver ça assez facilement sur internet et les contacter pour savoir comment ce problème peut être géré ds votre région ; si vous n’y arrivez pas donnez-nous le lieu d’habitation de votre fille ou la région ds laquelle vous souhaitez qu’elle soit transférée pour être au plus prêt d’un membre de la famille ; je suppose que le père de l’enfant a son mot à dire
        Cordialement

  4. Mois de décembre 2020 mon compagnon a un comportement inhabituel.Il se sent déprimé,son pied droit traîne durant la marche et il faut s’arrêter souvent parce qu’il a des crampes .Il se plaint de maux de tête ,il se répète sans cesse .Ses nuits sont agitées.Il est nerveux et très angoissé.Il passe un scanner de la tête et on découvre un kyste cérébral .Rien de grave nous annonce le neurochirurgien.La veille de l’opération une complication se présente :un AVC et un kyste cérébral profond .L’operationns’est bien passée ,il est hospitalisé dans une clinique de rééducation,certains symptômes disparaissent comme la difficulté à la marche mais d’autres symptômes apparaissent mon compagnon perd la mémoire immédiate.Certains souvenirs reviennent mais il y a beaucoup de confusion dans ses explications.Ses exercices de Kine le fatigue ,durant les séances avec l’ergothérapeute il a du mal à suivre et les questions le la neuropsychiatre lui semblent souvent insurmontables.Il n’arrive pas à écrire les mots d’arrière en avant .Son écriture est difficile voir impossible. Pour ne rien oublier il écrit tout ce qu’il entend sur un carnet .Puis il se relit et fait la synthèse.Personnellement je me sens déroutée .Je m’interroge sur son avenir .Je ne pense pas qu’il,puisse redevenir celui qu’il était .Sa famille veut prendre des décisions mais quelles décisions ?Si seulement je pouvais avoir des témoignages de personnes qui pourraient m’expliquer l’évolution et leur vie après une telle opération cérébrale et des mois de rééducation .Est ce irréversible ?

    1. Bonjour
      Apparemment votre compagnon n’en est pas encore à  » des mois de rééducation  » et tous les espoirs sont en principe permis avant d’envisager des décisions qui engagent l’avenir ; 6 mois sont un délai raisonnable après un AVC pour envisager des séquelles qui pourraient être définitives ; encore qu’il ne faille pas voir non plus ce délai comme une barrière absolue , des évolutions favorables ultérieures restant toujours possibles ; mais la suite des évènements que vous décrivez est trop floue pour pouvoir vous donner des renseignements plus précis ; quelle était l’origine de ce kyste apparemment assez anodin mais qui semblait être à l’origine de symptômes invalidants ? Quel lien y a t’il avec le kyste profond et l’AVC découverts en préopératoire ? Quelle intervention a été réalisée ? Quel est le siège de l’AVC ? Bref une multitude de facteurs que seuls les médecins qui s’occupent de votre compagnon peuvent connaitre et qu’il faut interroger , en passant éventuellement par votre médecin traitant si les explications vous paraissent trop spécialisées ; je ne pense pas qu’un témoignage particulier puisse vous rendre grand service ds la mesure où tous les cas sont différents ; en tout cas nous n’avons pas actuellement ds notre association une famille ayant une association pathologique approchante; ce qui paraitrait le plus utile pour vous serait peut-être de vous rapprocher d’une AFTC de votre région (à trouver sur internet) pour vous aider à chercher un interlocuteur près de chez vous dont un proche a été victime d’un AVC avec des séquelles voisines de celles de votre compagnon et avec qui vous pourriez échanger de façon plus directe que sur internet.
      Cordialement

  5. Bonsoir,
    je vous ai laisser un message pour un avis médical pour mon compagnon. Je n’ai reçu aucune réponse de votre part.
    Cordialement
    Me Larbi

    1. Bonjour
      La réponse vous a été directement envoyée par mail car il était impossible de gérer ce pb à partir des commentaires ; vérifiez votre boite mail ; nous vous avons réadressée notre réponse ce matin
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Permanence  CHATEAU RAUZE
26 Avenue du Rauzé
33360 CENAC
Tous les Jeudis, 14 h 00 - 17 h 00
Sinon Tél : 06 61 84 21 54
gauchersylvie@gmail.com

Tous les Samedis, 14h 00 - 16h 00
Tripode Premier étage
Service de Réanimation Chirurgicale
06 82 71 53 81