Soins d’urgence et évolution secondaire

Traumatismes crâniens

Chaque traumatisme crânien est accompagné d’un risque d’aggravation secondaire ; le traumatisé crânien léger est surtout menacé par des complications intracrâniennes et les traumas plus sévères par des complications à la fois intracrâniennes et générales portant sur les grandes constantes d’équilibration de l’organisme (fonctions respiratoire et cardiovasculaire notamment).

Accidents vasculaires cérébraux

Le problème majeur des AVC en urgence est la rapidité de prise en charge de tout déficit neurologique brutal qu’il soit transitoire ou prolongé ; l’appel du  Centre 15  à la moindre suspicion (voir chapitre AVC ) permettra au médecin régulateur de confirmer ou non la probabilité d’un AVC ou d’un AIT ( voir chapitre AVC ischémiques et AIT ), d’évaluer les facteurs de gravité ; les contre-indications à la thrombolyse (dissolution du caillot) seront recherchées et transmises au neurologue référent.
Les modalités de transport seront adaptées à l’état du patient : un moyen sanitaire de transport non médicalisé peut tout à fait être envisagé lorsqu’il n’existe pas de signe clinique de gravité .

Les cérébrolésions d’origine anoxique

Les soins d’urgence sont au stade initial centrés sur les tentatives de reprise de la fonction cardiaque (massage cardiaque externe et si possible défibrillation automatisée) avec certaines modulations concernant l’origine de l’arrêt cardiaque (noyade par exemple). L’intoxication par le monoxyde de carbone nécessite des mesures spécifiques.


À suivre :


 

(Visited 1 times, 1 visits today)
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x