Archives de catégorie : Réinsertion

Colloque sur l’habitat inclusif : Invitation Inscription

 

Le colloque se tiendra donc le 25 janvier 2018 dans les locaux de Cap Métiers à Pessac.

>


>
>
> >  INVITATION

25 janvier 2018

Aquitaine Cap Métiers – Pessac

 

 

L’habitat inclusif des personnes en situation de handicap : état des lieux et perspectives

 

     

Colloque organisé par le Centre Ressource Habitat de LADAPT Nouvelle-Aquitaine.

 

   
     

La loi du 11 février 2005 reconnait aux personnes en situation de handicap le droit, lorsqu’elles le souhaitent et chaque fois que cela est possible, de construire et de mettre en œuvre un projet de vie en milieu ordinaire et ce, dans ses différentes composantes.

 

Parmi ces composantes, la problématique du logement est souvent centrale. La demande d’accès à un logement autonome, individuel ou partagé avec d’autres, inséré dans la cité et distinct d’un hébergement institutionnel est en croissance continue et l’habitat inclusif est rapidement devenu un enjeu fort des politiques publiques. Les acteurs impliqués sont nombreux et la coordination et la collaboration entre ces acteurs est essentielle à la réussite de tout projet.

 

C’est partant de ce principe que l’organisation de ce colloque a été décidée, afin de réunir l’ensemble des partenaires concernés par cette question de l’habitat inclusif, de favoriser les échanges, les points de vue et de dégager des perspectives communes et lisibles pour tous.

 

Retrouvons-nous le jeudi 25 janvier à partir de 9h à Aquitaine Cap Métiers, 102 Avenue de Canéjan, 33600 Pessac.

 

   
     

AU PROGRAMME

   
 

Présentation de la problématique
>

Jean-Luc CHARLOT directeur de la Fabrik Autonomie Habitat

 

Panorama de l’habitat inclusif en France


>

État des lieux et contexte de l’habitat inclusif en gironde
>

Conseil Département de la Gironde – ARS Nouvelle-Aquitaine – Bailleurs sociaux

 

Présentation de plusieurs dispositifs d’habitat inclusif
>

 

Témoignages de personnes en situation de handicap
>


>

Table ronde en présence de :

ARS Nouvelle-Aquitaine – Conseil Départemental de la Gironde – Mairie de Bordeaux – Bailleurs sociaux – Associations représentatives des personnes en situation de handicap

 

>

 

Téléchargez le programme complet

 

         
    >INSCRIPTIONS & CONTACT    
 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 19 janvier 2018 et s’effectuent en ligne via le formulaire ci-après.

 

§  Tarif par personne pour les professionnels : 30€ la journée, déjeuner compris

§  Participation gratuite pour les particuliers et accompagnateurs spécialisés

 

Pour les professionnels, le règlement s’effectue par chèque à l’ordre de « LADAPT Nouvelle-Aquitaine ».

 

Pour toute information, veuillez contacter Olivier CARTIGNY, Pilote du Centre Ressource Habitat :

Tél : 05 56 20 71 65 – Port : 06 42 08 52 46 – crhabitat@ladapt.net

 

 

Date de la dernière modification : 21 novembre 2020

Dispositifs pour cérébrolésés

GÉNÉRALITÉS

 

On entend par dispositifs pour cérébrolésés l’ensemble des structures mises à la disposition des patients et de leurs familles pour les accompagner depuis la phase d’éveil jusqu’ à la phase de réinsertion et même au delà quand des problèmes tardifs se présentent.

En mettant à part les services de réanimation de neurochirurgie et de neurologie indispensables à la phase aiguë dans les cérébrolésions les plus sévères et qui ont été décrits aux chapitres soins d’urgence et évolution , il s’agit secondairement de porter le patient vers le meilleur possible compte-tenu de la gravité des lésions initiales.

Pour cela le cérébrolésé devra passer par plusieurs étapes dans des structures différentes, chacune ayant sa spécialisation et sa spécificité propres; il faut insister sur le fait que chaque département et/ou région a son organisation un peu particulière même si les grands traits restent très proches sur l’ensemble du territoire; pour ce qui concerne la Gironde la présence d’un CHU à Bordeaux crée des obligations supplémentaires dans la mesure où beaucoup de cérébrolésés des départements voisins y sont soignés à la période aiguë et un certain nombre seront pris en charge secondairement dans ces structures ; de fait le nombre de lits disponibles y est souvent insuffisant et se créent des attentes qui, bien que peu préjudiciables pour les patients qui restent soignés plus longtemps dans les structures d’amont , sont quelquefois éprouvantes pour les familles qui voudraient que « tout aille plus vite ».

Les structures correspondant aux 4 grandes phases évolutives (éveil, rééducation ,réadaptation et réinsertion) sont organisées en Gironde de la façon suivante :

STRUCTURES D’ÉVEIL DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION
(dits encore services de MPR ou services de médecine physique et de réadaptation et SSR ou soins de suite et de réadaptation)

 

*Une structure unique allant de l’éveil à la réinsertion : c’est la particularité du Centre de Château-Rauzé situé à Cenac prés de Bordeaux ; ce centre est géré par L’ADAPT ou Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (www.ladapt.net); cette structure initialement dédiée aux traumatisés crâniens prend en charge également d’autres cérébrolésions (notamment les AVC) dans la mesure de ses possibilités d’accueil qui ne sont pas inextensibles.

*d’autres services de rééducation accueillent les patients cérébrolésés dans le département mais n’ont pas de services d’éveil: les 3 plus importants sont le SMPR de Tastet-Girard , le SSR de Xavier-Arnozan (tous les deux appartiennent au CHU de Bordeaux) et le SSR des Grands Chênes (Groupe Korian) ; les autres structures de rééducation en Gironde et dans les départements voisins sont indiqués à la page « autres centres ».

LES STRUCTURES DE RÉINSERTION

vont permettre de réinsérer le cérébrolésé dans le milieu professionnel (voir pages UEROS et ESAT) ou dans le milieu social quand la réinsertion professionnelle s’avère impossible (voir pages UEROS, GEM et CAJ, Maisons Familiales) et que le retour dans la famille n’est pas réalisable dans de bonnes conditions ou suivant le choix du cérébrolésé lui-même.

Signalons l’utilité de la consultation « handicap et familles » pour cette réinsertion et les possibilités de ré-entrainement à la conduite quand celle-ci n’est pas contre-indiquée par des séquelles particulières.

LES STRUCTURES DE PLACEMENT

provisoires ou définitives sont parfois malheureusement indispensables quand les séquelles interdisent une autonomie même partielle:

Les FAM (ou foyers d’accueil médicalisé) pour les cas les moins sévères avec possibilité de placements de jour ou pour des périodes de repos pour la famille.

Les MAS (ou maisons médicalisées) pour les cas graves avec nécessité d’une surveillance médicale régulière.

Les structures EVC-EPR pour les sujets en état végétatif chronique (dits encore « d’éveil non répondant ») ou pauci-relationnel (ou MCS cad minimal consciens stade)

 

Ces différentes structures sont détaillées dans les pages suivantes….

 

Date de la dernière modification : 18 décembre 2019

 

 

 

De la rééducation à la réinsertion

A la fin des soins d’urgence le patient cérébrolésé entre dans une nouvelle période qui va le conduire progressivement hors des institutions médicales ; cette période sera en principe d’autant plus longue que la cérébrolésion a été grave ; mais elle sera aussi variable selon la pathologie en cause ; en effet, par exemple le délai entre la sortie de l’urgence et la consolidation est plus court pour un AVC ou une anoxie cérébrale (quelques mois) que pour un traumatisme crânien sévère (pas avant 3 ans pour un adulte et pas avant l’âge de 18 ans pour un enfant).

Cette période va s’étaler sur trois phases : la rééducation, la réadaptation et la réinsertion dont il faut bien comprendre les différences :

  • la rééducation consiste a essayer de minimiser au maximum les séquelles tant physiques que neuropsychologiques par une action essentiellement médicale (médecins rééducateurs, kinésithérapeutes etc…)
  • la réadaptation se donne pour but d’adapter les séquelles incompressibles au milieu extérieur et vice-versa pour que ces dernières soient source du minimum de difficultés possibles dans l’environnement (handicap minimal compte -tenu des séquelles).
  • la réinsertion cherche à réintroduire la personne cérébrolésée dans le milieu le plus adapté à son état en tenant compte de ses désirs mais aussi de ses possibilités ( projet de vie)

On comprend donc bien la logique de ce processus pendant lequel aucune phase ne peut passer avant l’autre ; mais il est bien évident que ces trois étapes ne sont pas étanches : il ne faut pas attendre que la rééducation soit terminée pour commencer à réadapter ! Par ailleurs autant le pronostic vital est difficile à fixer au départ, autant le pronostic fonctionnel l’est aussi par la suite : des déficiences qui paraissaient définitives peuvent s’améliorer à un moment inattendu modifiant l’orientation prise initialement ; sans compter avec l’état d’esprit du patient qui joue un grand rôle dans les résultats de la rééducation ; mais cet état d’esprit peut lui-même se modifier à tout moment : évaluation plus pertinente de ses déficiences notamment qui peut le conduire aussi bien à une démobilisation qu’à un sursaut de motivation, attitudes d’esprit qui auront bien entendu un impact sur le résultat final.Ces considérations générales ne doivent surtout pas faire porter des avis trop sévères devant des résistances durables: il est toujours bien difficile de savoir de quoi elles procèdent et en particulier il faut toujours se souvenir de l’extrême fatigabilité qu’entraîne toute cérébrolésion et même très à distance de l’accident ; on sait aussi que la réparation cérébrale est conditionnée par certains gènes de prédestination et que de ce point de vue tout le monde n’est pas à égalité.

C’est pourquoi le projet de vie qui est un élément fondamental pour l’orientation de cette période doit pouvoir s’adapter à tout moment aux imprévus qui ne manqueront pas de se produire.

Les trois sous-chapitres suivants nous permettront d’entrer dans davantage de détails ; mais il ne faut pas perdre de vue que ces trois phases s’interpénètrent les unes les autres pour le meilleur résultat possible. Leurs descriptions sont essentiellement tirées de l’expérience du Docteur Edwige Richer (vice-présidente de notre association) qui fut une des pionnières de la rééducation des traumatisés crâniens en Aquitaine et Chef de Service de Château-Rauzé jusqu’en 2016.

 

Date de la dernière modification : 22 février 2019

 

 

 

Château-Rauzé

 

Contacter Château Rauzé :  Tel  05 56 20 71 65

 

Le SSR de LADAPT Château Rauzé est spécialisé depuis son ouverture en 1969 dans la prise en charge des traumatisés crâniens.

Il est considéré comme le centre de référence régional pour la prise en charge des traumatisés crâniens.

Il accueille aussi des personnes atteintes de lésions cérébrales acquises non traumatiques.

L’établissement bénéficie d’un agrément pour 56 lits et places de SSR (orientation neurologique) :

40 lits en hospitalisation complète : 35 lits à Cénac et 5 lits à Bordeaux (au titre des appartements thérapeutiques de l’UEROS Aquitaine):

  • 5 lits à Cénac sont consacrés spécifiquement à la prise en charge des patients en états végétatifs pauci-relationnels.
  • 15 lits sont dédiés au service d’éveil,
  • les autres capacités étant dans les secteurs de rééducation et de réadaptation / réinsertion.

16 places en hospitalisation de jour depuis l’extension de 11 places accordée le 6 mai 2003 (dont 5 places pour l’UEROS).                                                                                                                                                                                                                   

Ce SSR de LADAPT s’inscrit dans une filière de prise en charge assurant une continuité entre le sanitaire et le médico-social . Cette filière gérée par LADAPT Gironde comprend les appartements thérapeutiques de l’UEROS, un SAMSAH et un ESAT spécialisé.                                                                                                                                                                                                      

L’ADAPT Gironde coopère en outre très étroitement avec les autres partenaires associatifs et institutionnels présents sur ce champ: l’AFTC (familles de traumatisés crâniens), le CHU de Bordeaux, le CRP de la Tour de Gassies, le GEM des Neuro-Festifs (association d’usagers).                                                                   

 Site web :
Site de Chateau Rauzé… Cliquer ICI

Téléphone : 05 56 20 71 65

Adresse :
26 avenue du Rauzé 33360  CENAC

Situation géographique : Château-Rauzé (Google map)

Date de la dernière modification : 22 février 2019